Les frais de poursuite d’une saisie immobilière engagés par le créancier saisissant peuvent à eux seuls justifier la vente forcée du bien immobilier.

Par Me Marion CORDIER - SCP SILLARD et Associés Versailles

Un syndicat des copropriétaires s’était vu refuser par un jugement d’orientation la mise en vente forcée du bien immobilier de son débiteur pour le recouvrement des seuls frais de poursuite, son recours soutenu par la SCP SILLARD et Associés est accueilli.

La Cour de Cassation 2e, par un arrêt rendu le 22 juin 2017 n° 16-18.901, au visa de l’article L. 111-8 du code des procédures civiles d’exécution a jugé que :

 

« Les frais de poursuite sont l’accessoire de la dette pour le paiement de laquelle a été diligentée la procédure de saisie immobilière » et énonce « que dès lors, le créancier saisissant, bien qu’ayant été désintéressé des causes du commandement en principal par le saisi, est fondé à continuer les poursuites de saisie immobilière contre celui-ci tant qu’il n’a pas obtenu le règlement desdits frais » 

 

CONTACTEZ-NOUS 

TÉLÉPHONE : 01 39 20 15 75

ADRESSE : Cabinet SILLARD & ASSOCIÉS  - 73 bis, rue du Maréchal-Foch - BP 564 - 78005 Versailles